visiter sculptotheque


La flore de La Réunion

La flore de La Réunion
  • id
  • Ficus benghalensis L.
  • Banian, Banyan
  • Moraceae
  • Figuier du Bengale
  • non
  • Description

    Le Banian ou Banyan est un arbre au port érigé puis étalé à l'écorce gris pâle. L'arbre peut atteindre 30 m. Des racines aériennes partent de la ramification absorbant l'humidité atmosphérique puis s'enracinent pour donner de nouveaux sujets.

    Banyan Banyan Banyan

    Feuillage: Les feuilles sont persistantes de couleur vert foncé. Les feuilles, coriaces, mesurent 20-25 cm. Elles sont alternes, lustrées, ovales à nervure centrale plus claire. Le revers des feuilles est duveteux et marron. Le pétiole est pubescent.

    Banyan

    Inflorescences: Les fleurs des figuiers (qu'elles soient mâles ou femelles) sont très petites et sont situées à l'intérieur d'un réceptacle creux, ouverte à l'apex (ostiole, pour le passage des insectes polinisateurs), que l'on appelle figue ou sycone, qui n'est donc pas un fruit stricto sensu. mais une inflorescence.

    Banyan

    Fruits: Comme vu ci-dessus, par abus de langage, les fleurs sont assimilées à de petits fruits groupés par deux, pratiquement sans pédoncule, oranges à rouge.

    Banyan

    Origine

    Originaire de l’Inde et du Pakistan, le banian est un type de figuier étrangleur. La plante commence sa vie sur d’autres arbres et finit par les envelopper totalement. Les vieux arbres peuvent atteindre une taille énorme (plus de 200 m de diamètre et 30 m de hauteur). Son introduction à La Réunion est à associer aux premiers Indiens engagés, notamment de par son statut d'arbre sacré.

    Utilisation

    Leur ombre bienvenue en fait des lieux de rassemblement importants. Connu dans la mythologie hindoue comme l’arbre qui exhausse les vœux, le banian représente la vie éternelle. L’arbre est sacré pour les hindous et les bouddhistes en Inde et fréquemment planté autour des temples. Cet arbre ornemental majestueux est aussi planté dans les parcs et le long des rues sous les tropiques. Sous les climats tempérés, c’est une plante d’intérieur.

    Usage industriel

    Le banian est utilisé pour la production de gomme laque, ingrédient de l’encaustique. La gomme laque est produite à partir d’une sécrétion résineuse, la laque, produite par différents insectes vivant sur l’arbre, dont le plus important est l'insecte indien de la laque (Laccifer lacca). La gomme laque a de nombreuses utilisations industrielles et c’est un ingrédient des laques capillaires. La teinture de laque est utilisée en cosmétique pour la peau. Le banian a de nombreuses utilisations en médecine traditionnelle; par exemple, on applique la résine laiteuse pour traiter les douleurs et les ecchymoses, et c’est un remède contre les maux de dents. Par ailleurs, les scientifiques commencent à peine à étudier cette plante. Par exemple, des leucocyanides pouvant avoir un intérêt pour le traitement du diabète ont été isolés à partir de l’arbre.

    Le bois de banian est dur et résiste dans l’eau. Quoique considéré comme de faible valeur, on l’utilise pour l’ameublement et la construction de maisons. Le bois des racines aériennes, plus robuste, est utilisé pour la fabrication de perches et de jougs d’attelage. La fibre tirée de l’écorce sert à fabriquer du papier et des cordages. Les fruits du banian peuvent être consommés frais ou séchés; les jeunes pousses et feuilles sont également consommées en cas de famine.

    Risques connus: Le latex de différentes espèces de Ficus peut provoquer des réactions allergiques de la peau et tout contact avec les yeux doit être évité.

    Extraits de La magie des arbres par Jean-François Samlong (1990)


    boutique magie des arbresDans La magie des arbresJean-François Samlong nous livre quelques secrets sur les croyances à La Réunion quant aux arbres. Sur la base de témoignages recueillis auprès de nos gramoun, il nous éclaire sur une pratique très vivace liée aux pouvoir des arbres et leur utilisation pour le transfert des maladies, suivant un rituel précis dans lequel interviennent des divinités.

    Autre arbre étonnant : le banyan qui, à notre avis, ne peut être un arbre protecteur au sens magique du terme. Ses nom­breuses racines aériennes favori­sent une dispersion de l'énergie. Peut-être qu'à l'abri de son ombre géante, il est possible de méditer. C'est le point de vue défendu par Roger Lavergne qui voit dans le banyan "Un véritable temple vivant (...). Les plus remarquables sont ceux de la Rivière des Galets qui cachent dans leur embrasure un temple hindou. On s'attendrait d'ailleurs que cet arbre sacré soit chaque fois associé à un lieu de prière. Cette cathédrale du monde vi­vant ne peut qu'insuffler le respect et la méditation". (Roger Lavergne, Fleur de Bourbon). Roger Lavergne connaît bien le règne végétal et nous pouvons faire confiance à son intuition poétique et à sa magie chloro­phyllienne.

    Le banyan, dont les longues racines aériennes qui descendent des branches se confondent avec le tronc, est un arbre sacré en Inde, et parfois un temple est bâti à la base même du tronc : "Cette espèce est fort probablement à l'origine de l'image secrète qui a inspiré l'Arbre Cosmique men­tionné dans le Rig Veda et les Upanishads - l'Arbre de Brahma aux vastes racines qui symbolise la manifestation du sacré dans tout le cosmos à partir d'une seule racine transcendante". (Roger Cook. L'Arbre de vie. Editions du Seuil. 1975)