visiter sculptotheque


La flore de La Réunion

La flore de La Réunion
  • id
  • Tamarindus indica L.
  • Tamarinier, Tamarin
  • Fabaceae
  • Tamarin des bas, Tamarin de bord de mer, Abricotier de Saint Domingue
  • LC
  • taxon de préoccupation mineure
  • non
  • Description

     

    Le Tamarinier est un arbre dont le port est dense, étalé, très ramifié et légèrement retombant, à cime arrondie. Il peut atteindre plus de 20 m de haut. Il a croissance lente, et a longue durée de vie.

    Le système racinaire est fortement développé, pouvant être envahissant.

    Tamarindus indica 008



    Feuillage persistant, vert vif à vert de gris sur le revers.

    Feuilles de type penné à nombreuses petites folioles (jusqu’à 12 à 25 paires) étroites, ovales à obovales, qui ont la propriété de se replier à la tombée de la nuit.

    Tamarindus indica 007


    Inflorescences en grappes terminales retombantes de fleurs zygomorphes jaunes et saumonées avec de nombreuses marbrures rouges; boutons floraux rouges; fleurs de pois (2-4 cm) à trois pétales supérieurs et deux plus petits en partie basse, pourvues de longues étamines dressées.

    Tamarindus indica 005 Tamarindus indica 006



    Les fruits, désignés tamarins, sont des gousses (2 à 10 cm) ligneuses, épaisses, bosselées, fragiles, de couleur marron, contiennent plusieurs graines noirâtres, dans des loges dures, noyées dans une moelle pulpeuse et filamenteuse acidosucrée, d'un brun-rougeâtre qui est la partie consommable du fruit.

     

    Tamarindus indica 002 Tamarindus indica 004
     

    Tamarindus indica 003 
    Ecologie et répartition: Ce genre ne comprend que cette seule espèce. Le tamarin s'est naturalisé à La Réunion, dans les parties basses de l'île, notamment sur la côte ouest jusqu'à 500 m d'altitude où il occupe la savane. Il a souvent été planté en bord de route.

    Origine

    Originaire des régions tropicales de l'Afrique de l'Est. Implanté il y a très longtemps en Inde, il a depuis diffusé dans toutes les régions tropicales.

    A Madagascar, chez les Sakalava (peuple occupant la majeure partie de la frange côtière occidentale, de Tuléar au sud jusque dans la région de Sambirano au nord), le Tamarinier est considéré comme un arbre sacré, le « Roi des arbres ».

    L'introduction du tamarinier sur l'île de La Réunion n'est pas précisémment connue; cependant un rapport de la Compagnie des Indes, datant de 1711, mentionnait que cette espèce était déjà présente.

    Utilisation

    Utilisation en alimentation:

    La pulpe du Tamarin, riche en calcium, a une saveur douce-acidulée rafraîchissante ; additionnée de sucre et d’eau, elle est utilisée pour confectionner des boissons, du sirop, des sorbets, de la pate de fruit.

    Les Arabes comparaient la pulpe séchée aux dattes et l’appelaient « Tamur Hindi », la datte indienne, d’où son nom Tamarindus.

    Le Tamarin est utilisé dans les currys, les plats de lentilles, les chutneys doux, ou sert à parfumer le riz.

    C'est un ingrédient important de la Worcestershire sauce.

    La pectine qu'il contient est utilisée dans la confiture industrielle. Le jus très acide (riche en acide tartrique) trouve un usage comparable au jus de citron.

    Utilisation en thérapeutique :

    Il peut être utilisé comme laxatif ou pour aider à la digestion. On peut aussi l'utiliser dans le traitement des bronchites. Il peut enfin soigner les maux de gorges (gargarisme), ou encore il entre dans la composition du gel gingival pour nourrissons.
    Différentes parties du tamarinier entrent dans les pharmacopées traditionnelles.

    • infusion des racines: voies respiratoires
    • cendres de coques de fruits: dysenterie
    • feuilles pilées: affections biliaires
    • pulpe: fièvre, tube digestif

     

    Utilisations diverses :

    Arbre d'alignement et d'ombrage en zone urbaine et en bord de mer. Le tamarin nettoie le cuivre. Il suffit de le saupoudrer d'une poignée de sel marin, de le mouiller et d'en frotter l'objet. On tire de l'amidon à partir des graines écrasées.

    Bois difficile à travailler, cassant au séchage, pratiquement pas utilisé en menuiserie ou en ébénisterie ; il fournit un excellent charbon de bois. Son feuillage est utilisé comme fourrage par les animaux.

    Extraits de La magie des arbres par Jean-François Samlong (1990)


    boutique magie des arbresDans La magie des arbres, Jean-François Samlong nous livre quelques secrets sur les croyances à La Réunion quant aux arbres. Sur la base de témoignages recueillis auprès de nos gramoun, il nous éclaire sur une pratique très vivace liée aux pouvoir des arbres et leur utilisation pour le transfert des maladies, suivant un rituel précis dans lequel interviennent des divinités.

    Arbre puissant, au tronc volu­mineux, à l'ombre bénéfique. Virilité, fécondité, noblesse, droi­ture sont ses grandes qualités. Bien enraciné dans la terre, tel un chêne, il résiste parfaitement aux violences cycloniques et aux lon­gues périodes de sécheresse .

    Grands et petits dégustent avec beaucoup de plaisir ses gousses mûres. L'arbre tient une place importante dans la vie des Réunionnais tant par les proprié­tés médicinales de ses fleurs, de la pulpe de ses fruits, de son écorce, et par l'utilisation qu'on en fait en cuisine .

    Notre «chêne-pays» est donc généreux et hautement protec­teur. Inutile de faire des entailles (même légères) dans son écorce, ou de le toucher : il capte les vibrations humaines et cosmi­ques à longue distance. Pour toute demande de  protection, il vous demande seulement une harmonisation vibratoire par la puissance de votre pensée.

    Le tamarinier est austère, mais jamais triste. Il n'aime guère les êtres qui se disent faibles ou qui vivent comme tels, et de ce fait, il est toujours prêt à influencer bénéfiquement leur état de conscience négative qui détermine les expériences douloureuses .

    Demandez-lui de vous prêter main forte ! mais ne vous étonnez pas si vous n'entendez pas sa voix, car plus que tout autre arbre, il faut sentir ses puissantes vibrations monter, comme le ser­pent Kundalini des yogis, le long de votre épine dorsale.

    Le sorcier de grand chemin qui, sans le savoir, oserait profé­rer des pensées de haine ou accomplir quelques actes malé­fiques sous un tamarinier, apprendra à ses dépens la loi du choc en retour. Mais cela, ils le savent... voilà pourquoi leur choix se porte sur des arbres plus influençables, par exemple le manguier .

    Le goût acide de la pulpe des fruits du tamarinier appartient au monde des amours adolescentes : vivacité, étonnement, émerveille­ment, passion et... aveuglement. Nous devons mordre à pleines dents dans les fruits de la vie, mais avec sagesse, sinon gare à l'acidité des lendemains inattendus.

    Selon Vincent et Claire Fau­veau, à Mayotte, «les angines sont traitées par la friction énergique des amygdales avec le doigt enduit d'une pâte à base de tamarin et de gingembre».