visiter sculptotheque


La faune de La Réunion

La faune de La Réunion
  • id
  • Chelonia mydas
  • Tortue verte, Tortue franche
  • Chelonia mydas 001
  • Reptiles marins
  •  EN 
  • Contexte


    Comptant parmi les cinq espèces de tortues marines rencontrées dans les eaux de La Réunion, la Tortue verte est présente sur l’ensemble du littoral de l’île. Elle est régulièrement observée sur les tombants des récifs et les côtes rocheuses, qui constituent ses habitats de développement et d’alimentation. Sur les cinq espèces, c’est la seule dont les adultes présentent un régime herbivore, se nourrissant en particulier d’algues rouges.

    Depuis le milieu du 20ème siècle, les sites de ponte sur les plages de La Réunion ont connu une nette régression avec le développement de l’île. En raison de l’urbanisation croissante et du dérangement occasionné par la fréquentation touristique, les pontes sont devenues exceptionnelles et seules certaines plages accueillent aujourd’hui quelques tortues femelles venant y enfouir leurs oeufs. De plus, bien que recouvertes par le sable, les pontes sont victimes de la prédation par les rats et les chiens. En mer, les tortues sont menacées par les collisions avec les navires, les filets de pêche dans lesquels elles se font prendre au piège, ou encore la pollution marine. La Tortue verte, dont la chair et les oeufs ont été massivement consommés jusque dans les années 1980, est désormais protégée depuis 1983, mais elle fait encore parfois l’objet d’actes de braconnage.


    De nombreux programmes d’études et de conservation de l’espèce ont été mis en place à La Réunion. La réhabilitation des plages lancée depuis 1999 à Saint-Leu et la réduction de l’impact des captures accidentelles en collaboration avec les pêcheurs de l’île ont contribué à un retour des Tortues vertes observé ces dernières années. La création de la Réserve naturelle marine de La Réunion en 2007 devrait également favoriser à l’avenir le développement de l’espèce dans les eaux réunionnaises.

    Description


    Cette tortue marine est la plus grande des Cheloniidae. La carapace mesure en moyenne 110 cm et l'animal pèse entre 80 et 130 kg. Certains spécimens peuvent atteindre un poids de 300 kg pour une longueur de carapace de 1,5 m. Sa carapace ovale est aplatie pour une meilleure hydrodynamique, sa largeur est d'environ 88 % de sa longueur. Sa tête est petite et représente environ 20 % de la longueur de la carapace. Elle ne dispose que d'une seule paire d'écailles préfrontales. Le bord de sa mâchoire inférieure est grossièrement dentelé tandis que la supérieure est munie de fortes crêtes sur la face interne.

    Sa dossière dispose de quatre plaques latérales, la paire antérieure est non contiguë à la plaque précentrale. Le plastron est constitué de quatre paires de plaques inframarginales. La Tortue verte n'a qu'une seule griffe sur chaque nageoire. Celle-ci est très développée chez les mâles.

    Il est difficile de pouvoir décrire la couleur des individus de cette espèce pour la simple et bonne raison que la couleur varie selon l’âge et qu’une fois adulte on observe encore des variances de teinte.

    A la sortie de l’œuf, le bébé a une dossière noire et le plastron blanc. Entre deux et quinze ans environ, la couleur de la carapace change pour devenir marron sur la dossière et beige sur le plastron. A partir de 15 ans, leur couleur change de nouveau pour une dossière beaucoup souvent plus foncée, variant du marron foncé à une couleur olivâtre très foncée mais parfois même grisâtre.

    C’est la plus rapide des tortues marines : elle peut atteindre une vitesse de près de 35 km/h.

    La maturité sexuelle peut être atteinte entre 8 et 15 ans.

    Chelonia mydas 002 

    Pour en savoir plus, visitez KELONIA - l'Observatoire des tortues marines - www.kelonia.org