visiter sculptotheque


La faune de La Réunion

La faune de La Réunion
  • id
  • Anguilla mossambica
  • Anguille du Mozambique
  • Anguilla mossambica
  • Poissons d'eau douce
  •  CR 
  • Contexte


    L’Anguille du Mozambique fréquente l'ouest de l'océan Indien, de la côte est de l’Afrique jusqu'aux Mascareignes. Lorsque l'accès est relativement aisé, elle peut remonter les cours d'eau jusqu'à 1000 m d'altitude. A La Réunion, elle est également présente dans les étangs côtiers de l'île. Tout comme les autres espèces d'anguilles, la survie de cette espèce migratrice dépend de sa libre circulation entre le milieu d’eau douce et le milieu marin.

    En l'absence de dispositifs de franchissement adaptés, les aménagements de rivière constituent une entrave importante à l'accomplissement de son cycle de vie. D'autre part, l'Anguille du Mozambique est soumise à une importante pression de pêche. De manière générale, les anguilles sont très prisées par les pêcheurs et les braconniers, et les individus de grande taille (35 cm et plus) sont victimes de prélèvements importants. Ainsi, depuis une dizaine d'années, la population d'adultes reproducteurs, d'ores et déjà extrêmement réduite, poursuit son déclin, d’où le statut “En danger critique” de cette espèce à La Réunion.

    Comportement


    L'anguille est une espèce migratrice catadrome : les adultes se reproduisent en mer, les larves leptocéphales sont portées par le courant vers les côtes de l'île et se transforment en civelles pour coloniser les cours d'eau. Les anguilles passent plusieurs années en eau douce avant de retourner se reproduire en mer.

    La remontée des civelles en eau douce a lieu au cours de la saison cyclonique.

    Comme le cabot bouche-ronde, des capacités de franchissement exceptionnelles leur permettent de coloniser un grand linéaire, malgré les importants obstacles naturels existants.

    L'intérêt patrimonial et économique de l'anguille, face au braconnage et aux détériorations des milieux aquatiques, en font une espèce à protéger.

    Pour aider à la migration de montaison des civelles vers les cours moyens et supérieurs des rivières, il est important que le régime hydraulique soit élevé de novembre à avril. Notons qu'à cette période, le régime hydraulique de la rivière, en année hydrologique normale, est déjà élevé (saison cyclonique).

    Description


    L'anguille au corps serpentiforme (corps cylindrique et très allongé) ne possède pas de nageoire ventrale. Ses nageoires dorsale, anale et caudale sont réunies et ne forment qu'une seule nageoire impaire. Ses écailles sont de très petite taille.

    Habitat


    L'aptitude de l'anguille à se déplacer par reptation sur la terre ferme, dans l'herbe humide, fait que de nombreuses étendues d'eau isolées en sont peuplées et que les chutes d'eau des rivières ne sont nullement un obstacle à la remontée des jeunes anguilles vers les cours supérieurs. C'est d'ailleurs à ce niveau des cours d'eau que l'on rencontre généralement les anguilles adultes où elles se réfugient sous blocs et rochers.

    Alimentation


    L'anguille est principalement un carnivore se nourissant de poissons et invertébrés morts ou vivants.

    Reproduction


    Les anguilles se reproduisent en pleine mer dans une zone située à plusieurs centaines de km au nord-ouest de la Réunion. Les larves leptocéphales sont ensuite emportées par les courants jusqu'aux côtes. Après une phase de métamorphose, les civelles recrutent aux embouchures et colonisent ainsi les rivières.


    Pour en savoir plus, consultez le site de l'Association Réunionnaise de Développement de l'Aquaculture - ARDA - logo arda  www.arda.fr