visiter sculptotheque


La flore de la Réunion

Bloc flore"England's forest", voici le nom que donnèrent les anglais à notre île lorsqu'ils y posèrent les pieds en mars 1613... La luxuriance des forêts anglaises était-elle aussi tropicale ?

Avant l'arrivée de l'homme sur l'île, c'est le vent, les courants marins et les oiseaux qui ont contribués à l'apparition de la flore. Il en résulte une diversité relativement réduite mais une forte endémicité, tant à La Réunion que dans les autres îles de l'archipel des Mascareignes.

Cette flore représente une importance telle que la Réunion appartient à l'un des 34 points chauds de la diversité biologique mondiale. La définition du point chaud est éloquente. Il s'agit d'une zone géographique contenant au moins 1500 espèces végétales endémiques mais qui a déjà perdu au moins 70% des espèces présentes dans leur état originel.

Depuis le XVIIème siècle, l'homme a introduit un volet exotique dans la flore de l'île. Cet exotisme s'est amplifié au fil de l'évolution du développement de la société réunionnaise. C'est ainsi que des milliers d'espèces originaires des régions tropicales à tempérées du monde entier ont été introduites dans l'île. Ces introductions volontaires ou involontaires, du fait d'un climat très variè à la Réunion a facilité l'acclimatation et la naturalisation d'un grand nombre de ces plantes.

La Réunion, c'est aujourd'hui 1730 espèces de plantes vasculaires spontanées se répartissant de la façon suivante:

  • 848 espèces indigènes
  • 829 espèces exotiques
  • 53 espèces dites cryptogènes (dont on ne sait si elles sont strictement indigènes ou exotiques)


La diversité spécifique de la Réunion (848 espèces pour 2512 km2) est faible par rapport à celle des îles continents comme Madagascar (± 10 000 espèces) ou la Nouvelle-Calédonie (3261 espèces), cependant l'endémisme de notre flore vasculaire est élévé avec des taux de 26.3% pour l'endémisme strict et de 45.3% pour l'endémisme régional (à l'échelle des Mascareignes).

Notre flore indigène est fragile et vulnérable et les risques d'extinction restent forts, voire s'accroissent.


Accédez à la liste des espèces de l'île de la Réunion sur: Notre Flore

JE VEUX EN SAVOIR PLUS...

Sources: http://flore.cbnm.org

Lire la suite...

La faune de la Réunion

Bloc fauneL'on y trouva quantité de ramiers de cette espèce qui a les ailes bleues. Ils se laissent prendre avec les mains, ou bien on les assomait à coups de bâtons et de cannes, sans qu'ils fissent aucun effort pour s'envoler. En un jour on en tua bien deux cents. Nos gens en faisaient bouillir une partie et faisaient rôtir l'autre, [...].
Ils trouvèrent aussi grande quantité de tortues de terre qu'ils faisaient cuire avec des prunes de Damas dont nous avions fait bonne provision.
[...]
Comme nous fûmes plus avant dans les terres nous trouvâmes grand nombre d'oies, de ramiers, de perroquets gris et beaucoup d'autres gibiers, avec quantité de tortues de terre. Nous en vîmes bien vingt-cinq ensemble à l'ombre d'un arbre et nous en prîmes autant que nous en voulûmes. Les oies ne s'envolaient pas, quand nous les poursuivions. Elles se laissaient tuer à coup de bâtons. Il y a avait aussi des Dod-Eersen ou Drontes qui ont des petites ailes. Bien loin de pouvoir voler ils étaient si gras qu'à peine ils pouvaient marcher.
Mais ce qui est le plus admirable, quand un de ces perroquets ou de ces autres oiseaux que nous avions pris faisait du bruit, tous ceux de leur espèce qui étaient aux environs y accouraient, comme s'ils fussent venus pour le mettre en liberté, et se laissaient prendre eux-mêmes.[...]



Ces mots, ce sont ceux de Villem Ysbrantsz Bontekoe qui accosta l'île en 1619. Presque quatre cents ans plus tard la physionomie de la faune de l'île de la Réunion a bien changé.

En 2010, la Réunion était le premier département d'Outre-mer à bénéficier d'un état des lieux. Celui-ci est sans équivoque. La faune de la Réunion est hautement menacée.

Du fait de notre situation géographique, notre faune est relativement pauvre mais présente un fort taux d'endémisme. Sur les 284 espèces identifiées, 165 sont considérées comme indigènes, tandis que 119 sont considérées comme d'introduction récente (après 1500) comme le Tangue ou l'écrevisse australienne...

C'est ainsi que sur ces 165 espèces indigènes, nous connaisons désormais le degré de menace pesant sur les oiseaux, les mammifères terrestres et marins, les reptiles terrestres et les tortues marines, les poissons et macro-crustacés d'eau douce, les papillons de jour, libellules, demoiselles et phasmes.

Accédez à liste des espèces de l'île de la Réunion: Notre faune

JE VEUX EN SAVOIR PLUS...


Sources: La liste rouge des espèces menacées en France - Premiers résultats pour la faune de la Réunion - 1er juillet 2010

Lire la suite...

Pitons, Cirques & Remparts

Bloc pitonOfficiellement créé le 5 mars 2007 par décret, le Parc National de la Réunion fut le 9ème parc national français. Depuis 2010, il est également le gestionnaire du bien "Pitons, Cirques et Remparts" inscrit sur la liste du Patrimoine mondial. Ce bien comprend les limites initiales du parc auquel s'ajoutent le Piton d'Anchain dans le cirque de Salazie, le Piton de Sucre et la Chapelle dans le cirque de Cilaos, la Grande Chaloupe au nord et Mare Longue au sud de l'île.

Nos Pitons, Cirques & Remparts restent et doivent rester aussi "sauvages" que possible. Et sans se limiter aux frontières du Parc et de son label patrimoine mondial, de nombreuses pistes — au sens propre commes au sens figuré — sont à votre disposition pour découvrir La Réunion.

1000 km de sentiers permettent de silloner notre île. Autant vous dire que vous ne pourrez décemment prétendre connaître La Réunion si vous n'avez jamais eu l'occasion d'arpenter l'île.

Nous vous proposons ainsi de découvrir notre île au travers de quelques uns de ces très nombreux kilomètres.

JE VEUX EN SAVOIR PLUS...

Lire la suite...