visiter sculptotheque


ALBIUS Edmond (1829-1880)

Esclave botaniste

Date de naissance:
1829
Date du décès:
9 août 1880

En 1841, l'esclave Edmond âgé de douze ans trouva, avant les botanistes du Muséum d'histoire de Paris et les scientifiques locaux, une méthode simple pour féconder manuellement les fleurs de l'orchidée vanillier. Cette découverte permit l'exploitation commerciale de la vanille Bourbon. Affranchi, Edmond reçut son nom de liberté: Albius qui signifie Blanc

Edmond ALBIUS

 

Edmond est né esclave en 1829 à Ste-Suzanne, de parents esclaves : Jamphile et Mélise. Il perd sa mère à la naissance. Ferréol Beaumont-Bellier, établi à Bellevue recueillit l'enfant qui appartenait à sa sœur. Il s'y attacha, le traitant plus comme son propre fils que comme son esclave. Passionné de botanique, il emmena le jeune esclave dans son verger et lui inculqua, par l'exemple, la passion des plantes.

M. Beaumont-Bellier désespérait de trouver la technique de fécondation artificielle de l'orchidée vanillier tentée au Muséum d'Histoire naturelle de Paris dans les années 1840. Un autre procédé (Jannet) était également expérimenté sans succès dans la colonie par les botanistes Richard et Bernier. Il se contentait de féconder manuellement les fleurs de citrouille jolifiat.

En 1841, le jeune Edmond, tentant les mêmes opérations sur la vanille découvrit l'ingénieux moyen de féconder les fleurs pour obtenir des gousses. Il avait 12 ans.
 
Cette découverte permit une exploitation commerciale de la plante sur une grande échelle. La vanille Bourbon était née.

M. Beaumont-Bellier s'empressa de faire connaître la nouvelle à tout le pays par voie de presse. Il accueillit chez lui d'autres colons pour suivre la démonstration du jeune Edmond. Il n'hésita pas à leur prêter son jeune prodige.

Le 20 décembre 1848, l'esclavage fut aboli. Edmond reçut son nom de liberté : Albius qui signifie Blanc.

M. Mézières Lepervanche, juge de paix de Ste-Suzanne, présenta une requête à Sarda Garriga, commissaire général, afin de faire accorder à Edmond une récompense publique. Cette démarche n'eut pas de suite, le temps ayant manqué au commissaire général rappelé en France à la même époque.

Le jeune Edmond qui voulait voir du pays s'en trouva fort démuni pour se rendre à St-Denis. Engagé comme domestique, «la modicité de ses gages ne lui permettant pas de satisfaire aux goûts de confort qu'il avait contractés dans la maison de son maître», Edmond commit un vol de bijoux avec effraction. Il fut condamné à 5 ans de réclusion et à la chaîne. De nombreuses voix vont intervenir pour demander sa grâce en rappelant sa contribution à l'économie de l'île. Le juge de paix Mézières Lépervanche souligne que «sa conduite aux bagnes a été exemplaire». Une remise de peine lui est consentie. Edmond Albius retourne à sa terre à Ste-Suzanne. Il épouse Marie Pauline Rassama, une couturière qui décédera avant lui.

Il mourut le 9 août 1880 à l'hôpital communal de Ste-Suzanne au village Desprez.


 

8 décembre 1853

Monsieur le Gouverneur,

Je prends la liberté de vous adresser une requête en faveur d'un pauvre noir condamné aux galères pour 5 ans, mais ce malheureux a des titres à cette recommandation et à la reconnaissance du pays. C'est à lui qu'est due la découverte du procédé de fabrication des fleurs du vanillier, c'est donc à lui seul que la colonie est redevable de cette nouvelle branche d'horticulture destinée à prendre une grande extension...

Mézières Lepervanche
Juge de Paix, Ste-Suzanne
english to ukrainian translatorts escort in klstockpairLineageTM robot