visiter sculptotheque


HUGOT Emile (1904-1993)

Ingénieur

Date de naissance:
9 août 1904
Date du décès:
7 août 1993

Spécialiste de renommée internationale du sucre, il sera le seul président français de l'histoire de l'internationale sucriere quand il est élu à Porto Rico lors du XII congrès du sucre. Son ouvrage majeur La sucrerie de cannes traduit en plusieurs langues, est la bible de l'économie sucriere.

Emile HUGOT

 

HUGOT Emile Fils de Charles-Anatole Hugot, directeur d'usine sucrière et de Sophie Dureau deVaulcomte, Emile Hugot est né le 9 juin 1904. Après des études brillantes au lycée de Saint-Denis et au lycée de Saint-Louis de Paris, il entre à l'Ecole Centrale des Arts et Manufactures de Paris. Elève officier à l'école militaire d'Artillerie de Poitiers, il devient sous-lieutenant d'artillerie à Blida. Il retrouve la vie civile comme chimiste-stagiaire aux sucreries d'Artres et de Bucy-le-Long avant de retourner à la Réunion le 5 mai 1928.

Avec son père, il constitue la Société Hydro-Electrique de la Réunion (SHER) en y accueillant des capitaux français et américains. Les usines sucrières avaient besoin d'énergie. L'objectif est de capter la Rivière des Marsouins et de produire 36 000 KWA soit 20 fois la production de l'époque. Emile exerce comme ingénieur-géomètre.

La crise de 1929 ruine tous les espoirs. Mais à quelque chose malheur est bon. Emile Hugot retrouve le sucre en dirigeant l'usine de la Mare puis celle de Savannah en 1930. L'année suivante il épouse Jeanne Reydellet ; ils auront 6 enfants.

Mobilisé le 1er septembre 1939, il est volontaire pour aller au front européen ; mais on lui confie la responsabilité de l'artillerie de la Réunion. Le lieutenant Hugot ira au bout de la consigne. Avec ses 2 vieux canons délabrés de la batterie de la Pointe des Galets, il échangera des coups avec le Léopard des Forces Françaises Libres. Ce sera la seule résistance militaire opposée aux gaullistes qui viennent "libérer" l'île de la tutelle pétainiste. Blessé à la poitrine dans l'affrontement, il est embarqué sur le Léopard et sera soigné en Angleterre. A Londres, il rejoint la Résistance et participe à la campagne d'Alsace ; il se bat également sur le Front des Alpes.

Démobilisé, il rentre à la Réunion pour se consacrer au sucre, la passion de sa vie. Sur le plan local, après la mort de son père en 1946, il restructure l'économie sucrière. En 1948 il créé les Sucreries de Bourbon en fusionnant les propriétés familiales. Mais c'est à l'étranger que son génie sera pleinement reconnu. Ses ouvrages font autorité dans le monde entier. Ils seront traduits en anglais, en espagnol et en portugais. La sucrerie des cannes, son ouvrage majeur, devient la Bible de l'économie sucrière. Et lors du XIIe congrès international du sucre à Porto Rico, il devient le seul président français de l'histoire de l'internationale sucrière. Il prend sa retraite en 1979 alors que la crise du sucre affaiblit son groupe sucrier. Ce sportif accompli — il avait joué au rugby avec Yves du Manoir à Paris — et ce pionnier de l'aviation (1200 heures de vol) meurt le 7 août 1993 à l'âge de 89 ans.


condo Mid Beachdanishnet monitortraderush minimum deposit