visiter sculptotheque


LACAZE Lucien (1860-1955)

Ministre
Membre de l'Académie française


Date de naissance:
22 juin 1860
Date du décès:
23 mars 1955

L'amiral Lucien Lacaze sera ministre de la Guerre de 1915 à 1917. En dix-huit mois il construit une flotte de cinq cents patrouilleurs et développe l'aviation navale. La marine française moderne devient une force crédible. Membre de l'Académie de marine, de l'Académie des beaux-arts et de l'Académie des sciences coloniales, il est reçu en 1937 à l'Académie Française.

Lucien LACAZE

 

Lucien Lacaze est né accidentellement en France lors d'un séjour de ses parents, à Pierrefonds dans l'Oise, station hydro-thérapique où ils étaient partis prendre les eaux. La famille Lacaze rentre à la Réunion le 25 décembre 1860, Lucien a à peine 6 mois. Son père est le Dr Honoré Lacaze et sa mère Marie Lory des Landes. Son grand-père ariégeois né en 1774 s'installa à la Réunion et y épousa Anne-Joséphine Pichon de Bury.

Au lycée, il sera «l'élève le plus exécré de ses maîtres et le plus puni». Son père excédé l'envoie à 14 ans terminer ses études en France. Son comportement s'améliore. Lauréat du concours général, il entre à l'école navale à 17 ans. A 28 ans, il commande La Mésange dans les eaux du Sénégal. Il va commander à la mer (canonnières, cuirasses et croiseurs) et étaler ses talents d'administrateur dans les ambassades comme attaché naval et dans les ministères. Il sera chef de cabinet du ministre Delcassé.

En 1913, il est à la tête d'une division dans la Méditerranée et à la veille de la Première Guerre Mondiale il est sur le Mirabeau. En 1915, ce marin discipliné se brouille avec son commandant en chef l'amiral Boué de Lapeyrière. Mais ses qualités d'organisateur seront récompensées. De 1915 à 1917, il sera ministre de la Guerre dans le gouvernement Viviani. Il réorganise totalement la navale pour en faire une force crédible et efficace. Il construit en 18 mois une flotte de 500 patrouilleurs et développe l'aviation navale. Il démissionne de son poste en pleine guerre pour protester contre l'enquête parlementaire sur la conduite de l'amiral Dartige. Il retrouve un poste de combat à la préfecture marine de Toulon de 1917 à 1919. En 1917, il est fait vice-amiral.

Jusqu'en 1922, année où il prend sa retraite à l'âge de 62 ans, il sera vice-président du Conseil Supérieur de la Marine, et à ce titre c'est lui qui définira la configuration et l'avenir de la marine française. Il la représentera également à la Société des
Nations.

"Les grandes choses ne sont faites que par des hommes en qui l'affection des coeurs double la qualité des esprits" affirmait l'amiral Lacaze. Et sa conduite exemplaire lui vaudra tous les honneurs. Membre de l'Académie de Manne, de l'Académie des Beaux-Arts et de l'Académie des Sciences Coloniales, il est reçu en 1937 à l'Académie Française par Gabriel Hanotaux. Il a alors 77 ans et succède à Jules Cambon.

Célibataire non-endurci, il entourait de soins ses quatre neveux et nièces et ses treize petits-neveux. Il meurt le 23 mars 1955 à l'âge de 95 ans et sa dépouille fut portée aux Invalides.

Le 11 novembre 1955, une foule recueillie massée à la place Leconte de Lisle à St-Denis assistait à l'inauguration de la rue Amiral Lacaze.

Lors de son dernier séjour à la Réunion en 1934, il avait assisté aux obsèques de Mgr de Beaumont.

LACAZE Lucien 000
L'amiral Lacaze (1er en partant de la droite) à la conférence interraliée du 25 juillet 1917

 

Autorité, décision, tact, culture générale, liberté d'esprit, haute conscience, grande puissance de travail, inquiétude du détail qui ne dérobe pas la vue de l'ensemble, le contre-amiral Lacaze possède toutes les qualités où se reconnait un chef; il est prêt pour le commandement; je juge très désirable qu'il soit appelé au plus tôt à l'exercer.

Delcassé, 1915
key midtown-miami real estate rentalssingaporecena na laminathttp://drivemir.ru/vozrozhdenie