visiter sculptotheque


GUIST'HAU Gabriel (1863-1931)

Ministre de la France

Date de naissance:
22 septembre 1863
Date du décès:
27 novembre 1931

Maire de Nantes en 1910, le jeune Réunionnais en sera le député de 1914 à 1928 dans le groupe de la Gauche Républicaine Démocratique. Sous-secrétaire d'Etat à la Marine de son ami Briand, il est nommé, par Poincaré, ministre de l'Instruction Publique et des Beaux-Arts en 1912. L'année suivante, il prend le portefeuille du Commerce et de l'Industrie. Il sera également président de la Fédération des Mutualités de France.

Gabriel GUIST'HAU

 

GUIST-HAU Gabriel 000Fils de Constant-Emmanuel Guist'hau, aide-commissaire de la Marine et d'Alix-Antoinette-Caroline Henry, Gabriel naquit à St-Pierre de la Réunion le 22 septembre 1863.

Elève du lycée Leconte de Lisle, il fut obligé de partir pour la France "par les nécessités ou les hasards de la vie" comme il l'a écrit à Jean Chatel, maire de St-Denis.

Après des études de droit, il débute comme avocat à Nantes en 1885. La ville lui plaît. Il se marie le 29 septembre 1899 avec Reine-Louise Ficheret, fille de chapeliers nantais. Le couple aura cinq enfants : trois fils et deux filles. Et en 1908, le jeune Réunionnais est élu maire de Nantes. En 1910, à l'âge de 46 ans, il devient député de la circonscription nantaise avec 8218 voix, battant MM Hery (conservateur) et Combes (radical-socialiste). Il sera réélu en 1914, en 1919 et 1924. Il siège à la Chambre dans le groupe de la Gauche Républicaine Démocratique. La même année, il est nommé sous-secrétaire d'Etat à la Marine dans le gouvernement Briand. En 1912, Poincaré le nomme Ministre de l'Instruction Publique et des Beaux-Arts. L'année suivante, dans le nouveau gouvernement Briand, il prend le portefeuille du Commerce et de l'Industrie.

Le 18 février 1913, il assiste à l'Elysée à la transmission des pouvoirs présidentiels entre Armand Fallières et Raymond Poincaré.

En 1920, la commission de l'Algérie, des Colonies et Protectorats nouvellement créée le choisit comme président. Ami intime de Briand, il était président de la Fédération des Mutualités de France.

"Il a le coup d'œil perçant et prompt, la parole vive, chaude et douce, l'argumentation nuancée et nette" écrit de lui La Vie. En 1928 des problèmes de santé l'amenèrent à ne plus renouveler son mandat de député. Il meurt après une longue maladie le 27 novembre 1931 à Nantes, (le 28 novembre, dit le faire-part paru dans Le Peuple).

Le conseil municipal de St-Denis a, par délibération, donné son nom à l'ancienne rue des Sables.

singapore strapon