visiter sculptotheque


BABET Raphaël (1894-1957)

Homme politique

Date de naissance:
24 juin 1894
Date du décès:
30 août 1957

Poilu grièvement blessé en 1916, il reprend du service comme son compatriote Garros, dans l'aviation de chasse. A son retour dans l'île natale, le député-maire Raphaël Babet va initier une expédition pacifique à Madagascar. La colonisation réunionnaise s'installe autour de Babetville (du nom de son père) et participe au rayonnement économique de la plus importante colonie française.

Raphaël BABET

 

Dernier né d'une famille de cinq enfants, Raphaël Babet voit le jour le 24 juin 1894 à St-Pierre. Orphelin de père et de mère à l'âge de 5 ans, il va connaître une vie difficile et aventureuse.

A 16 ans il s'embarque comme boy, sans solde, sur un cargo à destination de Marseille. De retour à la Réunion il s'engage comme timonier à bord du voilier Le Rêve pour des campagnes de pêche aux îles St-Paul et Amsterdam. Puis il se fixe à Madagascar comme avait voulu le faire son père Auguste Babet, ancien maire de St-Pierre et créateur du port de cette ville. Il s'installe à Foulepointe où sa mère est morte 12 ans auparavant.

Pendant la guerre de 14/18 il est incorporé au bataillon d'infanterie coloniale de l'Emyrne. Poilu d'Orient il est grièvement blessé en 1916 et cité à l'ordre de l'armée. A peine rétabli, il reprend du service dans une arme alors exclusivement réservée aux audacieux et aux volontaires : l'aviation de chasse, comme Roland Garros. Il s'installe en métropole jusqu'à la fin de l'autre grande guerre. Il s'y est encore distingué.

Dans les années 30, il se lance dans la politique locale. Il va créer le 4 avril 1933 le bi-hebdomadaire La Démocratie dont l'objectif est d'être «l'organe républicain indépendant du prolétariat de la Réunion». Léonce Salez dans le premier numéro du journal écrit : «Notre ami et fondateur Raphaël Babet, fils de la démocratie créole a tenu parole. C'est en effet grâce à sa générosité et à son esprit d'initiative que notre petit journal voit le jour».

En 1946, il est maire de St-joseph et se préoccupe du développement de cette commune : hôpital, mairie, école d'agriculture la plus importante de l'océan Indien, marché couvert... Mais un problème le hantait, le même que celui qui avait conduit son père 50 ans plus tôt à Madagascar : le chômage.

Il encourage l'émigration réunionnaise dans le périmètre de la Sakay. Une ville est même créée en mémoire de son père : Babetville. Elu à la députation, de 1946 à sa mort il défend avec acharnement les dossiers de l'île. Comme tous les politiciens, il avait son journal, La Démocratie qui popularisait ses idées de justice sociale.

Le député-maire de St-Jospeh meurt le 30 août 1957. Il est enterré debout face à la mer. Une stèle à sa mémoire a été inaugurée à Babetville par Edmond Michelet, ministre des anciens combattants en août 1958.

Voir aussi: http://www.ville-saintjoseph.fr/Expo-Babet-le-batisseur.html

24option reviewmanaging application developmentgoogle adwordeKLASNOBOT