visiter sculptotheque


BERG Evariste (1834-1864)

Militaire - Héros de Camerone

Date de naissance:
13 février 1834
Date du décès:
13 juin 1864

"Ils furent ici moins de soixante opposés à toute une armée. Sa masse les écrasa. La vie plutôt que le courage abandonna ces soldats français, le 30 avril 1863."
Evariste Berg sera l'un des cinq héros rescapés de cette aventure héroïque, chantée tous les ans par la Légion étrangère.

Evariste BERG

 

Fils d'Alexandre-Louis Berg (1805-1874), commandant de vaisseau et d'Elisa-Antoinette Rolland (181 1-1895), enseignante, Evariste Berg est né à St-Benoît le 13 février 1834.

Après les années d'enfance passées sur la propriété de Dauphin Rolland à Ste-Anne, quartier de St-Benoît, son oncle, le futur général Emile Rolland l'encourage à faire une carrière militaire.

Le 18 novembre 1852, il s'engage dans l'Artillerie de Marine et se fait rapidement remarquer. Caporal le 21 juillet 1853, sergent le 1er avril 1854, c'est comme sergent-fourrier qu'il se battra dans la Baltique et retrouve son oncle dans la campagne de Crimée.

Premier incident dans sa carrière : "à sa demande", il passe au 1er Zouaves en 1855 comme simple soldat et recommence son cursus militaire. Caporal le 1er août 1856 puis sergent en avril 1859 — des galons durement gagnés en Afrique. Il se bat partout : front italien, l'Afrique d'octobre 1859 à septembre 1860 puis la Syrie.

Deuxième incident dans sa carrière : le 7 novembre 1861, un décret met Evariste Berg en "non activité". Sa démission est acceptée le 23 juin 1862. Pour quelles raisons ?

Il s'engage dans la Légion étrangère et redevient simple soldat le 25 décembre 1862 dans la campagne d'Afrique. Puis il part pour le Mexique sauver l'aventure impériale et catholique de Napoléon III. Et la Légion va s'illustrer au combat et gagnera l'immortalité à Camerone. "Ce ne sont pas des hommes, ce sont des démons" avoua l'ennemi. Sur le monument qui y fut par la suite érigé, on grava ces mots : "Ils furent ici moins de soixante opposés à toute une armée. Sa masse les écrasa. La vie plutôt que le courage abandonna ces soldats français, le 30 avril 1863"

Parmi les cinq héros rescapés, Evariste Berg blessé et fait prisonnier. Il en fera le rapport au Colonel Jeanningros : "la 3ème du 1er (Régiment Etranger) est morte, mon Colonel, mais elle en a assez fait pour que parlant d'elle, on puisse dire :"Elle n'avait que des bons soldats".

Evariste Berg meurt peu après des suites d'un duel avec un compatriote à Orizaba le 13 juin 1864 ; non sans avoir reçu l'hommage de l'empereur Maximilien à qui il avait encore raconté, avec son dernier souffle, le combat de Camerone.

A l'initiative de son oncle, le général Rolland, il fut enterré dans le monument de Camerone.


condos forreal estate miami for rent2 bedroom apartments aurora coPROGRAMMI DLYA VZLOMA