visiter sculptotheque


D'ESMENARD Jean (1893-1966) (Dit Jean D'ESME)

Romancier - Cinéaste
Président de la Société des Gens de Lettres
Président de l'académie des sciences d'outre-mer

Date de naissance:
23 septembre 1893
Date du décès:
24 février 1966

Vingt-sept romans, nouvelles, récits de voyage et de chasse !
Toute   son   œuvre   exalte   l'action   coloniale  française.
"Voici notre Kipling français" dira Robert de Flers. Il initia la loi sur la propriété littéraire, se battra pour que les auteurs bénéficient d'une couverture sociale. Il sera président de la Société des gens de lettres et de l'Académie des sciences d'outre-mer.

Jean D'ESMENARD

 

Fils de Jean-Baptiste-Albert d'Esménard et d'Isabelle Patu de Rosemont, Jean-Marie-Henri d'Esménard est né "fortuitement" à Shangaï (Chine) le 23 septembre 1893. Son père, fonctionnaire créole des Douanes en poste en Chine était originaire de Ste-Marie (Réunion).

Sa première enfance se passa en Indochine puis à la Réunion où il vécut avec son oncle, le Dr Jules Auber. Lauréat du lycée Leconte de Lisle, il partit poursuivre des études de droit à Paris en 1912. En 1914, il fut reçu en deuxième position au concours de l'Ecole Coloniale. Diplômé de l'école des Langues Orientales et licencié en droit, son avenir paraissait assuré dans l'administration. Mais la guerre éclata. Engagé volontaire, blessé, il fut réformé et obtint la croix de Guerre et la Légion d'honneur. Démobilisé en 1918, il épousa Mlle Mareschal de Bièvre.

Photographie de Jean D'EsmeRenonçant à la carrière coloniale, Jean d'Esme —son nouveau nom de plume — se lança dans le journalisme. Il parcourut l'Afrique, l'Asie et l'Océanie pour les grands quotidiens et un public en mal d'exotisme. En 1921, il commença une carrière littéraire avec son premier roman Thi-Ba, fille d'Annam. Il rate le Fémina et son deuxième roman (Les Dieux Rouges) sortit en 1923 avec cette bande : "Le livre que tout le monde lit — l'auteur dont tout le monde parle". C'est le début d'une production prodigieuse : 27 romans, nouvelles, récits de voyages et de chasse aux grands fauves. Toute son œuvre exalte l'action coloniale française, "Voici notre Kipling français" dira Robert de Flers.

Le 17 août 1925, il est reçu à l'Académie de la Réunion "après 13 ans d'éloignement". Les grands éditeurs se battent pour lui ouvrir leurs collections. La Seconde Guerre mondiale ne compromet pas sa carrière. Le 28 mars 1955, il est élu président de la Société des Gens de Lettres. Un nouveau combat commence pour lui à son arrivée à l'Hôtel de Massa en succédant à Paul Vialar.
 
Deux projets lui tiennent à cœur : la loi sur la propriété littéraire et la Caisse des Lettres pour que les écrivains puissent avoir la couverture de la Sécurité Sociale. Aidé par les députés Deixonne et Viatte, les sénateurs Bordeneuve et Lamousse et avec le soutien de Gaston Déferre, il réussira dans cette double entreprise. Président de l'Association Nationale des Ecrivains de la Mer et de l'Outre-Mer, vice-président de la Société des Ecrivains Combattants, Jean d'Esme a tourné comme producteur et metteur en scène : Razaff le Malgache (1925), Peaux Noires (1930), Sable de feu, la Grande Caravane (1934), Sentinelle de l'Empire (1938), La Grande Inconnue (1939).

Elu en 1947 à l'Académie des Sciences d'Outre-Mer, il en avait assuré la présidence en 1962. Il meurt à Nice le 24 février 1966.

Bibliographie

  • Thi-Bâ, fille d'Annam, Renaissance du livre, coll. "des Écrivains combattants", 1920
  • De röda gudarna, A. Bonnier, 1924
  • Les Dieux Rouges, 1924
  • L'Âme de la brousse, J. Ferenczi et fils, coll. "Le livre moderne illustré", 1925
  • Les Barbares, Albin Michel, 1925
  • Au dragon d'Annam, 1927
  • À travers l'Empire de Menelik, Plon, 1928
  • L'Île rouge, Plon, 1928
  • Empereur de Madagascar, A. Redier, coll. "La route", 1929
  • Le Soleil d'Ethiopie, La Nouvelle revue critique, coll. "Les Maîtres du roman", 1929
  • L'Homme des sables, Ed. de la Nouvelle revue critique, coll. "Le Livre à succès", 1931
  • Afrique équatoriale - Éditions Duchartre, coll. "Images", 1931
  • Tornade, Les Editions d'art Piazza, 1931
  • Epaves australes, Ed. de la Nouvelle revue critique, coll. "Les maîtres du roman", 1932
  • Les Maîtres de la brousse, Les Édition de France, 1932
  • La Terre du jour, Ed. de la Nouvelle revue critique, coll. "Les Maîtres du roman", 1933
  • Voyage au Libéria, 1934
  • Fièvres, Flammarion, 1935
  • Les Défricheurs d'empires, Ed. de France, coll. "Le livre d'aujourd'hui", 1936
  • Les Chevaliers sans éperons, Flammarion, 1940
  • Les Nomades de la gloire, les Publications techniques et artistiques, 1944
  • Les Impériaux, Flammarion, 1945
  • Chasses aux grands fauves,NEL, coll. "Bibliothèque maritime et coloniale", 1947
  • La Grande horde, Flammarion, 1948
  • Leclerc, Editions du Dauphin, 1948
  • Sables de feu, Ed. du Dauphin, 1949
  • Foch, Hachette, coll. "Bibliothèque verte", 1951
  • Bournazel, Flammarion, 1952
  • De Lattre, Hachette, coll. "Bibliothèque verte", 1952
  • Joffre, Hachette, coll. "Bibliothèque verte", 1953
  • Ce Maroc que nous avons fait, Hachette, 1955
  • Lions d'Afrique, Sté Française du Livre, coll. "Walt Disney. C'est la vie", 1955
  • De Gaulle, Hachette, coll. "Bibliothèque verte", 1959
  • D’héroïsme et de gloire, Bibliothèque Hachette, 1959
  • La Libération de Toulon par l'armée de Lattre, L'Action automobile et touristique, 1959
  • Djeri à l’éléphant, Hachette, coll. "Bibliothèque verte", 1960
  • Compagnons de brousse, Flammarion, 1963
  • Le Japon héroïque, Société continentale d'éditions modernes illustrées, coll. "Connaissance de l'Asie", 1963
  • Gallieni, Plon, 1965
  • Le Père Joffre, Éditions France-Empire (sans date)

 

application lifecyclesingapore female escortsbest binary