visiter sculptotheque


BERTIN (De) Antoine (1752-1790)

Poète élégiaque

Date de naissance:
10 octobre 1752
Date du décès:
25 juin 1790

Poète élégiaque, ami de Parny, ses Elégies parues en 1782 connurent un vif succès et furent appréciées par la reine Marie-Antoinette. "Pétillant de pensées et d'images", la critique le surnomme "le nouveau Properce". Après avoir chanté Eucharis (Catherine Sentuary), il épousa, sur son lit de mort à St-Domingue, Hélène de Lestang. Il avait 38 ans.

De BERTIN Antoine

De BERTIN AntoineFils de François-Jacques de Bertin et de Françoise-Christine Mathieu de Merville de St-Rémy, Antoine naît le 10 octobre 1752 à Ste-Suzanne. Il est le septième enfant de ses parents qui se sont mariés à Port Louis, Isle de France en juillet 1743. Lui seul a vu le jour à Bourbon alors que ses six frères et sœurs sont nés à l'isle de France. Son père, notaire, s'est établi à Bourbon dès le 5 novembre 1750 en qualité de «conseiller au Conseil Supérieur de cette île, commandant et juge de police des quartiers de Ste-Suzanne, St-André et St-Benoit». Sa femme et ses enfants vont le rejoindre à Bourbon vers la fin de 1751.

Antoine aura comme parrain Antoine Desforges Boucher, ancien gouverneur des Iles de France et de Bourbon auquel il dédiera en 1778 une longue épître. Sa mère mourra le 13 décembre 1752, deux mois après l'avoir mis au monde. Le 24 octobre 1761, il embarque sur L'Adonis pour la France.

A 9 ans, il est envoyé à Paris pour poursuivre ses études à la pension Colin à Picpus puis en 1768 au collège de Plessis. Sur le même bateau voyagera celui qui ne cessera d'être son ami : Evariste de Parny. Il se fait remarquer en décrochant le prix d'honneur de la classe de troisième. Son père qui entre temps s'est remarié avec Hélène Peau, veuve Lagourgue (dont il aura 2 filles) ayant souhaité pour son fils qu'il entrât dans le métier des armes, Antoine fait ses débuts au régiment d'Artois.

Depuis 1770 il a une liaison avec Catherine Sentuary qu'il idéalisera sous le nom d'Eucharis. Elle a 5 ans de plus que lui et elle est mariée à Jean-Louis Testart.

En 1773 il fait ses vrais débuts poétiques dans L'Almanach des Muses. Ses Elégies connurent un vif succès et furent même appréciées par la reine Marie-Antoinette. Il mena selon les habitudes de l'époque grand train de vie qui entama sa fortune et sa santé. Il dissipa sa jeunesse dans les plaisirs — alcools, péché de chair et filles légères. En 1777, paraît sa première plaquette Le Voyage de Bourgogne dédiée à Parny.
 
En 1778 paraît L'Epître à Desforges Boucher. En même temps et chez la veuve Duchesne, Evariste de Parny sort «Les Poésies Erotiques». Le livre de Parny sera un succès littéraire et Bertin apprendra à vivre dans l'ombre de son talentueux compatriote.

Si la reine pouvait régler ses problèmes d'argent, il en allait autrement pour ses problèmes de santé. Le 6 novembre 1779, il est promu capitaine de cavalerie au régiment d'Artois. En 1781, il est écuyer du comte d'Artois. En 1780, paraît Les Amours, recueil de 38 élégies chantant sa passion pour Eucharis. La mort de Catherine, le 24 avril 1738 à l'âge de 36 ans, frappe douloureusement le poète.

Les événements de Paris en 1789 l'obligent à partir pour St-Domingue où il doit épouser Hélène de Lestang, une jeune créole rencontrée dans la capitale. Bertin tombe mystérieusement malade à la veille de son mariage.

Il meurt 17 jours plus tard le 25 juin 1790 d'un typhus. Il a 38 ans.


Je n'ai plus d'Eucharis, que m'importe la vie ?
O nuit, viens dans ton ombre ensevelir mes yeux !
Je n'ai plus d'Eucharis; après sa perfidie
Je ne veux plus revoir la lumière des cieux.

A. de Bertin, Elégie II, 1879

Bibliographie


  • L'Epître à Desforges Boucher, 1778
  • Amours, 1780
  • Elégies, 1782
  • Poésies et Œuvres Diverses, 1879
regulated binary options brokers ukvzlomat-email.ru