visiter sculptotheque


BEDIER Joseph (1864-1938)

Membre de l'Académie française

Date de naissance:
28 janvier 1864
Date du décès:
30 août 1938

Professeur de langues et de littérature française du Moyen-Age au Collège de France, Joseph Bédier infirmera les idées reçues sur la littérature et l'origine des légendes épiques françaises.
Son œuvre marque une révolution fondamentale dans l'histoire des idées.
En 1920 il est élu à l'Académie française au fauteuil d'Edmond Rostand.

BEDIER Joseph

 

BEDIER JosephFaut-il y voir un heureux présage que le jeune Charles-Marie-Joseph ait souhaité voir le jour le 28 janvier 1864 à Paris lors d'un voyage de ses parents réunionnais ? Son père, Aristide-Adolphe Bédier, avocat à la Cour d'Appel de Versailles mourut à 35 ans. Sa mère, Marie-Céline Le Cocq du Tertre, jeune veuve, rentra à la Réunion ; elle épousa son cousin Denis Godefroy Le Cocq du Tertre qui donna au jeune Joseph toute l'affection paternelle nécessaire à son épanouissement. Après des études secondaires à St-Denis de la Réunion, il repart à Paris au lycée Louis-le-Grand pour préparer le concours d'entrée à l'Ecole Normale Supérieure. Il en sort en 1886 agrégé de lettres.

Disciple de Gaston Paris au Collège de France, il enseigna en Allemagne à l'uni-versité de Halle, en Suisse à l'université de Fribourg et à l'université de Caen.

En 1892, Bédier publia Lai de l'Ombre mais la notoriété viendra avec sa thèse sur Les Fabliaux, études de littérature populaire et d'histoire littéraire du Moyen-Age. Ce travail révolutionnaire infirme les idées reçues et notamment l'enseignement de son maître Gaston Paris. Ce dernier avait développé une théorie selon laquelle les contes populaires seraient nés en Inde puis se seraient répandus dans le monde musulman avant d'être rapportés par les Croisés. Bédier a démontré que sur 147 fabliaux seulement 11 sont issus de la littérature orientale. En 1893 il est appelé à l'Ecole Normale Supérieure, Joseph Bédier est alors âgé de 29 ans.

En 1900 sort son adaptation de Tristan et Yseut, roman de la Table Ronde. Trois ans plus tard, à la mort de Gaston Paris, Bédier remplace son maître comme professeur de langues et de littérature française du Moyen-Age au Collège de France.

Bédier va alors se pencher sur l'origine des légendes épiques. Il fait paraître son œuvre majeure : Légendes épiques, Recherches sur la formation des Chansons de gestes. Il fait éclater une autre idée reçue qui voulait que les Chansons de gestes soient le compte rendu historique et fidèle d'événements. Il démontre qu'en fait ce sont des commandes passées plusieurs siècles après coup à des auteurs thuriféraires pour promouvoir les circuits de pèlerinage.

Il va retracer notamment l'itinéraire du pèlerinage de St-jacques de Compostelle (via Tolosana) et celui de Ste-Marie-Madeleine du Vézelay.
 
Il contribuera à l'effort de propagande française contre l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale.

En 1920 il fut élu à l'Académie Française au fauteuil d'Edmond Rostand. Il y est accueilli le 3 novembre 1921. En 1927 il reçut la grand-croix de la Légion d'honneur.

Le 31 août 1938, la presse locale annonçait la mort du meilleur médiéviste français.

Seigneurs, vous plaît-il d'entendre un beau conte d'amour et de mort ? C'est de Tristan et Iseut la reine. Ecoutez comment à grand'joie, à grand deuil ils s'aimaient, puis en moururent un même jour, lui par elle, elle par lui.

J. Bédier, Le Roman de Tristan et Iseut, Paris, 1942

Bibliographie

 

  • Lai de l'Ombre, 1892
  • Fabliaux, études de littérature populaire et d'histoire littéraire du Moyen-Age
  • Tristan et Yseut, 1900
  • Etudes Critiques, 1903
  • Légendes épiques, Recherches sur la formation des chansons de gestes - 4 vol, 1908-1913 - Grand Prix Gobert, 1911 et Prix Jean Reynaud, 1914
  • Crimes allemands d'après les témoignages allemands, 1915
  • L'Effort français, quelques aspects de la guerre, 1917
banc de binary regulationmiami penthouseescorts intraderush trading