visiter sculptotheque


LEBLOND Ary (1880-1958)

Homme de lettres
Prix Goncourt 1910


Date de naissance:
30 juillet 1880
Date du décès:
7 avril 1958

Quand au début du XXe siècle la mode littéraire sera au roman colonial, la France ne pourra opposer à l'Anglais Kipling que les Leblond, Segalen et Loti. Tant pis pour le Nobel, mais quel souffle venu d'ailleurs ! Marius et Ary Leblond reposent au cimetière de Vaugirard.

Ary LEBLOND

 

LEBLOND AryAimé Merlo naquit le 30 juillet 1880 à St-Pierre. Il perdit son père quand il avait 3 ans. Il commença son éducation au pensionnat de Mme Imbert mais des difficultés économiques familiales obligèrent sa mère, restée seule pour élever trois fils, à le mettre chez les frères des Ecoles Chrétiennes. Les fils de la haute bourgeoisie sudiste avaient laissé la place à des condisciples de couleur. Son enfance se passa à St-Pierre et au Tampon où il partait en vacances «aux 600» chez sa tante Mme joson Ferrère. A 13 ans, il quitta l'Ecole des Frères à cause de la fragilité de sa santé et des fièvres récurrentes.

Il fera ses études secondaires à St-Denis comme boursier de la municipalité dionysienne. S'il fréquente ses autres frères, qu'il retrouve à la pension Leclerc à St-Denis, c'est avec son cousin Georges Athénas que le jeune Aimé aime flâner au pont du Barachois. Georges, son aîné de 3 ans, prend en main l'éducation de ce jeune cousin et ils se retrouvent souvent à la table familiale des Athénas.
 
Leur destin sera lié. Ils seront frères en littérature sous le pseudonyme de Marius et Ary Leblond. Pourquoi ce nom de plume ? Pour éviter des désagréments à leurs parents, affirmaient-ils. C'est Georges qui choisit «Leblond» parce qu'il aimait une blonde. Aimé aimait alors Henriette. Il sera Ary. Son rêve ? Aller à Paris, «la cité de l'Univers». Il ira à la faculté des lettres de Paris avec une bourse du Conseil Général. Il sera influencé par Emile Faguet, son professeur principal.

En 1900, victime des rigueurs du climat parisien Ary est frappé par une grave infection pulmonaire. Il restera alité pendant 3 mois, veillé par son aîné. Il se remet à l'écriture et écrit avec Marius un petit roman : Anicette et Pierre Desrades. Cette œuvre ne sera publiée que bien plus tard dans la Revue Hebdomadaire. Et la carrière littéraire des Leblond est lancée. Ils vont toucher à tous les genres avec un égal bonheur : récit de voyage, roman, conte, critique littéraire, documents scientifiques. Plus de 200 titres dont 51 ouvrages sont recensés dans plus d'une centaine de revues diverses. La Revue de Paris, La Revue des Deux Mondes, La Revue Blanche leur ouvriront leurs pages.

De 1914 à 1918, Ary est directeur au secrétariat d'Etat aux Beaux-Arts. En 1931 il travaille à l'Exposition Coloniale de Paris. En 1934, il est nommé conservateur au musée de la France d'Outre-Mer. Après une interruption due à la guerre, il reprendra son poste en 1945, lors de la réouverture, jusqu'à sa retraite en novembre 1950. Ce musée construit à l'occasion de l'Exposition Coloniale de 1931 rappellera d'heureux souvenirs à Ary Leblond qui fut l'initiateur en 1911 au musée Léon Dierx. En janvier 1954, il succéda à Marius à l'Académie des Sciences d'Outre-Mer.

Il est mort le 7 avril 1958 sans postérité. Il venait de terminer "Près d'Odilon Redon" son dernier ouvrage. Il avait deux frères: Maurice (1874-1933), procureur général à la Réunion, et Adrien (1875-1938), ancien pharmacien et conservateur au musée Léon Dierx. Il est enterré comme Marius au cimetière deVaugirard.

Bibliographie de Ary LEBLOND

  • La fille du forban (conte), Oeuvres libres, 1953
  • Le bras de fougère (conte), Oeuvres libres
  • Un meurtre (conte), Oeuvres libres
  • Le cerf-volant de guerre (conte), Tropiques
  • Un testament chinois (conte), Nouvelles littéraires
  • Parny (critique littéraire), France d'Outre-Mer

 

Bibliographie Marius-Ary LEBLOND

  • Les vies parallèles, 1902
  • Le secret des robes, 1902
  • Le zézère, 1903
  • La sarabane, 1904 ; 1934 sous le titre Kermesse noire
  • Les sortilèges, 1905
  • L'oued, 1906
  • La grande Me de Madagascar, 1906
  • Leconte de Lisle, 1906
  • L'ideal du XIX, 1909
  • En France, 1910 ; prix Concourt en 1910
  • Peintres de races, 1910
  • Jardins de Paris, 1910
  • La Pologne vivante, 1911
  • Anicette et Pierre Desrades, 1911
  • La société francaise sous la 3e République
  • La France devant l'Europe, 1913
  • Le mirade de la race, 1914
  • Une révolution en Allemagne est-elle possible ?,1916
  • Galliéni parle, 1920
  • Ophélia, 1922
  • Fétiches, 1923
  • Ulysse, Cafre, 1924
  • L'amour sur la montagne, 1925
  • Le roman colonial, 1926
  • Nature, 1926
  • Les martyrs de la République, 1926-1928, 4t
  • Etoiles, 1928 ; prix Lasserre en 1932 sous le nouveau titre La bataille dans l'arche Arc-en-ciel, 1929
  • L'île enchantée, 1931
  • Le prolétariat intellectuel
  • L'intellectualité aux colonies, 1911
  • La Réunion et Paris, 1911
  • L'histoire de la Réunion, Société d'éditions géographiques et maritimes, 1934
  • Les odes anacréontiques de Leconte de Lisle
  • Le Noël du roi Mandjar, 1926
  • La France dans le monde, 1939 ; extrait de Passé la ligne
  • L'îlette à Palmistes, 1946
  • Madagascar, création française, 1934
  • Passé la ligne, 1932
  • Vercingétorix, 1937
  • Les arts indigènes à Madagascar, 1937
  • Belles et fières Antilles, 1937
  • Le cardinal Lavigerie, 1938
  • Comment utiliser nos colonies, 1940
  • Contes d'Afrique, 1942
 

 

wirelesskeyview.net