L'histoire de La Réunion

visiter sculptotheque


Des origines à 1715

Bloc origine1 - Certainement connue des navigateurs arabes, Mascarin ne fut reconnue par les Portugais que vers 1516.

2 - Les escales qui y ont pu être faites pendant le 16e siècle n'ont laissé aucun souvenir écrit.

3 - Au début du 17e siècle, Mascarin reçoit la visite de vaisseaux Portugais, Hollandais, Anglais et enfin Français.

4 - D'abord lieu d'exil pour les fortes têtes du poste du Fort-Dauphin, la colonisation de Bourbon sera entreprise par la Compagnie des Indes de Colbert.

5 - Déçue par le peu de profits qu'elle en retire sur le plan commercial, cette compagnie aura tendance à abandonner cette île qu'elle trouvait «trop loin de l'Inde», n'ayant que des mauvais ancrages, des courants affreux, et vers 1700, elle proposera aux Portugais de l'échanger contre 100.000 écus d'or, ou une ville de l'Inde.

6 - Laissés à eux-mêmes et privés de secours matériels et spirituels valables, les premiers colons deviendront au fil des années, un ramassis de gens ombrageux, rebelles à toute autorité, d'où émergent en fin de période quelques belles figures de patriarches.

7 - Sur le plan économique on cultive quelques plantes vivrières et on pratique surtout la chasse et la pêche dont les produits servent de monnaie d'échange pour les marchandises venant d'Inde ou d'Europe.

8 - Le peuplement se fait très lentement et aucune infrastructure valable ne peut être mise en place. Les projets ne manquent pas, mais il n'y a pas de bras pour les réaliser.

Tout va changer avec la découverte du café.

JE VEUX EN SAVOIR PLUS...

De 1716 à 1815

Bloc 1716-18151 - Avec la culture du café, sous l'impulsion de Desforge Boucher, l'île Bourbon se transforme en espace de culture et devient même sous la gouvernance de La Bourdonnais le grenier des îles soeurs.

2 - Au cours de cette période l'île changera quatre fois de nom. Ile Bourbon jusqu'en 1793, elle devient Ile de la Réunion jusqu'en 1806. elle prend alors le nom de Ile Bonaparte de 1806 à 1810, devient Isle of Bourbon sous les anglais de 1810 à 1815. A nouveau française, l'île redevient Ile Bourbon.

3 - En un siècle, du fait des besoins en main d'oeuvre et avec le développement de l'esclavage, la population de l'île passera de 1200 à 70000 personnes.

4 - Cependant que les cyclones successifs et d'autres périodes de sécheresses suivies de pluies torrentielles mettent à mal les sols de l'île, et qu'il apparaît nécessaire de repenser l'agriculture de l'île, aucune industrie n'est mise en place.

5 - La vie politique de l'île commencera à partir de sa rétrocession au Roi par la Compagnie des Indes affaiblie par les guerres en Inde contre les Anglais.

6 - La première église en dur de l'île sort de terre à Sainte-Suzanne en 1729, suivie de celle de Saint-Benoit en 1735. Elles serviront de modèles aux suivantes. Mais avec la Révolution, l'île se déchristianise.

7 - Face à l'indigence intellectuelle de l'île, des mesures sont prises pour assurer l'instruction publique de la population et c'est ainsi qu'est ordonnée la construction d'un collège où Evariste de Parny et Antoine de Bertin purent suivre leurs premières années de scolarité.

8 - En 1723, le Code Noir entre en vigueur à Bourbon. Le marronage et son pendant, la chasse au noirs sont alors au coeur de la vie de la société.

JE VEUX EN SAVOIR PLUS...


 

De 1816 à 1945

Bloc 1816-19451- Charles Desbassayns est le créateur de l'industrie sucrière avec la première usine qui vit le jour au Chaudron. Rompant avec le plan imposé par La Bourdonnais, Il fut ainsi à l'origine de la transformation de l'île.

2- Du point de vue administratif et politique, l'île vivra au rythme des changements de régimes de la métropole. De l'Ancien Régime aux différentes républiques et empires qui se succèderont. C'est notamment la création d'un Conseil Général en 1854.

3- Bourbon est la gardienne des intérêts français dans l'océan Indien. Elle devra lutter seule contre les menées anglaises à Madagascar. Les créoles participant aux différents conflits engageant la France (1870, 1914, 1939), l'île acquit tous les droits à la qualité de Département Français.

4- Trois périodes vont marquer l'évolution de la population de l'île. Avec le passage à la mono-culture sucrière, un fort accroissement démographique lié à l'esclavage, puis à la période de l'engagisme va modeler le paysage démographique et culturel de l'île. Après la terrible grippe espagnole qui sévit en 1919 qui décima la population, celle-ci reprit son développement et atteignit plus de 225 000 habitants en 1946.

5- De 1816 à 1945 la vie économique fut particulièrement agitée. D'années fastes en périodes de crises économiques, c'est l'époque de la découverte de la fécondation de la vanille, de l'introduction de plantes à parfums, mais aussi celle de la miniaturisation des terres peu fertiles face au regroupements de grands domaines. Le commerce se développe mais reste soumis aux aléas de l'agriculture.

6- Alors qu'il ne reste plus que cinq lazaristes vieux et infirmes en 1817, la religion catholique accomplit un long travail de reconstruction et gagnera son indépendance en 1911. Au coté de la réligion catholique, avec les arrivées successives d'engagés, la religion des malabares, des mulsulmans, des boudhistes, des taoïstes, confucianistes et des protestants se développent à partir de la fin du 19e siècle et au début du 20e.

7- Les premières écoles apparaissent, les bourgs deviennent des villes et l'on voit apparaître une participation active de l'élite réunionnaise à la vie culturelle française. Le chemin de fer et le Port de la Pointe des Galets révolutionnent les habitudes.

JE VEUX EN SAVOIR PLUS...

De 1946 à nos jours

Bloc 1946-today1- La départementalisation dans un premier temps et les lois sur la décentralisation dans un second temps vont donner davantage d'autonomie aux élus locaux dans les grandes orientations concernant l'île, avec un soutien important de l'Etat en matière de fonds à la réalisation de grands projets.

2- Département, Région, et Région Ultra Périphérique de l'Europe, La Réunion se dote au fil de la période de toutes les structures administratives correspondantes.

3- La Réunion, longtemps autonome en matière énergétique grâce à l'hydraulique, devient dépendante des énergies fossile du fait d'un croissance forte de ses besoins, conséquence de l'explosion de sa population.

4- La place extrêmement importante de la canne à sucre à La Réunion laisse peu de place aux autres cultures, en dépits de nombreuses tentatives. La production halieutique est très loin de satisfaire la demande et les productions animalières, du fait entre autre de la mécanisation de l'industrie sucrière restent en dessous des besoins. L'île se dote cependant de nombreux moyens pour assurer dans tous les secteurs la présence de personnes qualifiés et d'outils de production.

5- Les infrastructures, suite à un effort colossal de la métropole et ensuite de l'Europe, se modernisent à grande vitesse. L'île dispose ainsi d'un réseau routier moderne, de deux aéroports, de deux ports de gros tonnages, de divers ports de plaisance et de pêche, d'une compagnie aérienne régionale.

6- Face à une démographie dynamique donnant naissance à de très nombreux jeunes réunionnais à former, l'île se dote des structures de formations tant générales que techniques. De 39 000 élèves en 1948, La Réunion, en 2012-2013 accueille 239 000 élèves de la maternelle à l'Université.

7- D'une économie exclusivement agricole, La Réunion a fait face à de profondes mutations qui ont conduit à une société nouvelle qui s'appuie sur les modèles métropolitains et européens. Mais la situation économique locale et le manque de débouchés, force les jeunes à devoir partir pour ne pas gonfler les 120 000 chomeurs de la population active (chiffres 2012). Avec le développement du tourisme, La Réunion fonde de grands espoirs dans sa capacité à offrir des prestations de qualité pour tous les types de voyageurs et vise l'objectif de 600 000 touristes par an.

JE VEUX EN SAVOIR PLUS...


La Réunion des grands hommes

Bloc grands-hommesLa Réunion, ancienne Bourbon ! Sans elle, la France n'aurait pas tout à fait la même envergure. L'élargissement du domaine maritime français et le rayonnement de la francophonie aux antipodes sont liés à l'existence de cette France Orientale rêvée par Colbert. Sans elle, le destin des îles de l'océan Indien - les Seychelles, l'île Maurice, Rodrigues et même Madagascar - eût été différent.

On a quelque peu oublié l'immense contribution des Réunionnais, dans le domaine des Lettres, de la politique, des sciences agricoles et militaires, à l'histoire de France. Et on méconnaît encore aujourd'hui "le miracle de la race" créole dans l'élaboration d'une société diversifiée qui prend des allures de modèle dans une France plurielle.

Nous vous proposons de découvrir ces personnalités.

JE VEUX EN SAVOIR PLUS...


Les monuments historiques de La Réunion

bloc monuments historiques

En 1980, parmi les 31 500 édifices classés ou inscrits à l’inventaire des monuments historiques que possède la France, La Réunion disposait de six sites classés :

 - l’hôtel de la préfecture
 - la cathédrale
 - le muséum d’histoire naturelle et le jardin de l’Etat
 - l’hôtel de ville de Saint-Denis
 - la chapelle pointue de Saint-Gilles-les-Hauts.


En 2012, nous comptons désormais 21 sites classés et 145 sites inscrits à la liste supplémentaire.

En effet, La Réunion, riche de sites naturels grandioses et variés, possède bel et bien un patrimoine architectural régional tout à fait exceptionnel que le vsiteur découvre avec émerveillement. Ce patrimoine architectural que l'on dit être le plus riche des Départements d'Outre-Mer, se décompose en deux grandes familles:

  • L'architecture monumentale comprenant les bâtiments publics et militaires, les magasins dits de la Compagnie des Indes et les édifices cultuels, auxquels il convient de rajouter les anciennes usines et autres édifices industriels;
  • L'architecture domestique comprenant les cases créoles, les ensembles urbains anciens, les bâtiments de négoce, les boutiques et autres échopes.

C'est précisément dans notre architecture domestique que réside la grande richesse de notre patrimoine architectural.

L'habitat créole traditionnel est, malgré les innombrables destructions de ces vingt dernières années, encore présent dans tout le paysage urbain ou rural. La grande case bourgeoise, la case villa, la petite case créole et la case "chinois", nous sont familières au point de ne plus les apercevoir et pourtant, ce sont elles qui permettent à la Réunion de garder un caractère et une personnalité que beaucoup de régions ont irrémédiablement perdus.

Aussi, n'est-il pas exagéré d'affirmer que ces constructions de bois dont l'architecture est composée d’un subtil mélange où l’on retrouve les techniques de la charpenterie traditionnelle, la composition et le vocabulaire de l’architecture savante du 18ème siècle, ainsi que éléments décoratifs d'origine malgache ou indienne, sont de petits chefs-d’oeuvre de composition toujours en symbiose avec leur milieu. Archétype de l'habitat jusqu'au milieu du 20éme siècle, la case créole a été supplantée depuis, par la case en béton synonyme de progrès universel...

JE VEUX EN SAVOIR PLUS...


bancindianbank de binary fakepro-dota2.comStockpair welcome Bonus