visiter sculptotheque


La Rivière

Léon DierxLes Amants

Poète

Date de naissance:
31 mars 1838
Date du décès:
11 juin 1912

Poète Parnassien publié chez Lemerre, Léon Dierx est sacré Prince des Poètes en octobre 1898, à la mort de Mallarmé. Il est préféré à José-Maria de Hérédia. Il fait partie du groupe de poètes qui veilla le corps de Victor Hugo à l'Arc de Triomphe le 22 mai 1885. Un monument fut érigé à sa mémoire place des Batignolles.

Lire la fiche complète

Léon DIERX

 

 



La rivière, limpide aujourd’hui comme l’air,
A travers la prairie heureuse de l’enclore
Coule insensiblement, sans une ride encore,
Sur le reflet plus doux à nos yeux et plus clairs
          Du beau printemps multicolore.

C’est un jour entre tous calme et béni, faisons
Comme elle serpenter en paix nos rêveries !
Les sèves d’autrefois qui paraissaient taries
Remontent, ouvrageant en nous des floraisons
          Plus fines que des pierreries.

Pour purifier l’âme et peupler le cerveau
Des désirs attendris, d’images apaisées,
Rien ne vaudra l’éclat sous les rives boisées
De ce cristal qui met sur un décor nouveau
          Comme une glace de rosées.

Une magie unique est dans l’eau qui polit 
Et jalousement garde à l’abri d’une atteinte
Ces couleurs où la vie en repos nous est peinte.
Tout s’harmonise mieux en fraîcheurs de son lit
          Sous le mystère de sa teinte.

Sourd au bruissements du tremble et du tilleul,
Dédaigneux de la terre et de l’heure assassine,
Comme un halluciné qu’un miracle fascine,
N’admirons chaque objet qu’en son mirage seul
          Qui nous semble être sa racine.

Au fond du coeur aussi las des réalités,
Un souvenir plus fixe et plus transparent glisse ;
Nos beaux jours sont plus beaux dans ce miroir plus lisse ;
Ne cherchons qu’au milieu de ces pures clartés
          La foi neuve qui nous remplisse !

independent call girlswireless-watcher