visiter sculptotheque


Le Passage

Léon DierxLes Amants

Poète

Date de naissance:
31 mars 1838
Date du décès:
11 juin 1912

Poète Parnassien publié chez Lemerre, Léon Dierx est sacré Prince des Poètes en octobre 1898, à la mort de Mallarmé. Il est préféré à José-Maria de Hérédia. Il fait partie du groupe de poètes qui veilla le corps de Victor Hugo à l'Arc de Triomphe le 22 mai 1885. Un monument fut érigé à sa mémoire place des Batignolles.

Lire la fiche complète

Léon DIERX

 

 



Le regret chez les uns, le remords chez les autres,
Tant de songes figés, tant de nuit, tant d’éclats,
Tant d’appels, tant d’adieux, tant de chocs, tant de glas,
Tant d’espoirs, tant d’amours, tant de maux sous les nôtres.

Malgré tout faut-il croire aux pieux chroniqueurs ?
Dans ces remparts flottants dont s’épaissit la croûte
Est-il vrai qu’un détroit nous fraie encor la route,
Si l’invisible but aimante bien nos coeurs ?

Ces tourbillons soudés, plus durs que la banquise,
Nous pouvons, disent-ils, en traverser le mur,
Et libres, aborder un Chanaan plus sûr
Dans le port pavoisé des vertus reconquises !

Tant de foi, tant d’orgueil, tant de force nous font
Peut-être aussi pareils aux fameux capitaines,
Pour gouverner tout droit vers des gloires certaines,
Tenons toujours nos yeux levés au ciel profond !

— Mais lui-même, ce soir, l’astre qui nous éclaire,
Comme un éperon d’or des glaces entré,
Semble un vaisseau qui cherche un passage ignoré,
Sans pilote et sans mâts, dans le chaos polaire !

Anyoptionswifibrute