visiter sculptotheque


Mors ! Horrida Mors !

Léon DierxAspirations

Poète

Date de naissance:
31 mars 1838
Date du décès:
11 juin 1912

Poète Parnassien publié chez Lemerre, Léon Dierx est sacré Prince des Poètes en octobre 1898, à la mort de Mallarmé. Il est préféré à José-Maria de Hérédia. Il fait partie du groupe de poètes qui veilla le corps de Victor Hugo à l'Arc de Triomphe le 22 mai 1885. Un monument fut érigé à sa mémoire place des Batignolles.

Lire la fiche complète

Léon DIERX

 

 


Oh! qui donc nous jeta sur ce monde incertain ?
A ton arrêt fatal qui nous livre, ô Destin ?
Sur ce coeur plein d'amour tu lances ton tonnerre :
Il le brise à jamais, et détournant, les yeux,
Tout rouge de son sang tu retournes aux cieux,
          Du pied le clouant sur la terre.

Que t'avait fait, mon Dieu ! cet enfant au coeur pur,
Pour te dresser ainsi sur ton trône d'azur,
Et jetant ta fureur en deux éclairs de flamme,
Le faire tournoyer dans l'abîme éternel ?
Qu'importe sur la terre, à toi le roi du ciel,
          Qu'importe un jour de plus pour l'âme ?

Non ! tu ne punis pas ; tu frappes au hasard !
La colère jamais ne luit dans ton regard.
Ramenant sur tes yeux les sombres plis immenses
De ton manteau divin, fait d'immortalité,
Ton doigt sur ton front pâle écrit : « FATALITÉ ! »
          Et muet, dans la nuit tu penses !...

A quoi donc ? à quoi donc ? puisque sans t'émouvoir
Tu regardes la nuit jeter son manteau noir
Sur les jours les plus beaux, et le soleil son frère
Darder ses rayons d'or sur les saintes douleurs ;
Puisque sans les tarir tu vois couler les pleurs
          Qu'à son chevet verse une mère ?...


opteck binary options