visiter sculptotheque


Ballade

Léon DierxAspirations

Poète

Date de naissance:
31 mars 1838
Date du décès:
11 juin 1912

Poète Parnassien publié chez Lemerre, Léon Dierx est sacré Prince des Poètes en octobre 1898, à la mort de Mallarmé. Il est préféré à José-Maria de Hérédia. Il fait partie du groupe de poètes qui veilla le corps de Victor Hugo à l'Arc de Triomphe le 22 mai 1885. Un monument fut érigé à sa mémoire place des Batignolles.

Lire la fiche complète

Léon DIERX

 

 

LE BARDE

Il est mort et disparu, dame;
Il est mort et disparu.
SHAKSPEARE



C'est fête au-vieux donjon
          Du baron,
Et dans la grande salle,
          Sur la dalle,
Des brillants chevaliers les lourds éperons d'or
          Retentissent;
Écuyers et varlets, dans le long corridor,
          Qu'ils remplissent,
Passent, portant chacun quelques splendides plats
          Du repas
Qui fait ployer la table
          Admirable.
Voici les deux époux !
          A genoux !
Beaux chevaliers, devant la noble châtelaine,
          Dame Irène.
Buvez à sa beauté,  buvez à son amour
          Tout le jour.
Le soir, après la fête,
          Sur le faîte
De la plus vieille tour,
          Tout autour,
Ceux qui ne dormaient pas virent dans la nuit noire,
          Sans y croire,
Se promener une ombre à travers les créneaux.
          Des corbeaux,
Ils l'entendaient du moins, croassant sur sa tête.
          La suivaient.
Devant l'aile discrète
          Où dormaient
Le baron et sa femme,
          Noble dame,
L'ombre alors s'arrêta ; puis sa voix, dans la nuit
          Le seul bruit:
« Goûtez, heureux époux, l'amour et la jeunesse.
          Folle ivresse !

« Moi, barde abandonné,
          Condamné
A souffrir et me taire,
          Solitaire,
Dans cette sombre nuit je viens pour vous bénir
          Et mourir ;
Car je vous aime, hélas ! ô belle châtelaine
          Inhumaine.
Moi qui chantais jadis la guerre et les amours
          Tous les jours,
Je n'ai pu, sans délire,
          Sur ma lyre
Oser peindre un moment
          Mon tourment;
Mais dans vos beaux yeux bleus j'ai vu briller sévère
          La colère ;
Et je partis, pleurant et chantant mon amour
          Tout le jour.

Seul avec ma souffrance,
          En silence,
Je suivais mon chemin,
          Et ma main
Se promenait sans but sur ma lyre qui m'aime
          D'elle-même.
J'ai vu bien des palais, j'ai vu bien des châteaux,
          Et fort beaux;
J'ai chanté "bien des fois devant la châtelaine
          Du domaine,
Sans que jamais ses yeux,
          Noirs ou bleus,
Ni ses cheveux d'ébène,
          Belle Irène,
M'aient pu faire oublier vos yeux ni vos cheveux
          Si soyeux.
Goûtez, heureux époux, l'amour et la jeunesse,
          Folle ivresse!
Ma cruelle douleur
          Et mon coeur,
Après deux ans d'absence
          De silence
M'ont ramené vers vous, vous que toujours j'aimais ;
          Mais jamais
Vous n'avez de mon nom conservé la mémoire,
          Ni pu croire
A mon sincère amour, à ma fidélité.
          La beauté
    Que j'aime, ô destinée!
          L'hymènée
    La cueille aujourd'hui.
          C'est pour lui
Son beau corps, et sa lèvre à ses lèvres unie.
          O folie !
Dormez, heureux époux, à vous seuls les amours,
          Les beaux jours ! »

     Alors dans la nuit sombre
          On vit l'ombre
     Sur les créneaux monter,
          S'arrêter.
Des sanglots effrayants, des plaintes oppressées,
          Insensées,
Sortaient de sa poitrine, et remplissaient la nuit
          De leur bruit.
Un nom de temps en temps s'échappait de sa bouche;
          Puis, farouche.
     Il se dressa debout;
          Et partout
     Il promena dans l'ombre
          Son oeil sombre,
Muet ; puis quand minuit à l'horloge sonna,
          Frissonna ;
Puis aux pieds de la tour un corps tomba dans l'onde,
          Si profonde!

     Depuis, au vieux donjon
          Du baron,
     Chaque fois qu'une fête
          Qui s'apprête
Annonce aux chevaliers, aux preux des environs,
          Aux barons,
Que le jeune seigneur conduit sa bien-aimêe
          Parfumée
A l'autel du château ; lorsque la nuit descend,
          On entend
     Un chant mélancolique
           Et magique
     Sur la plus vieille tour.
           Tout autour.
Puis, à minuit, dans l'eau tombe un corps invisible,
           Et terrible
Une voix retentit ; « A vous seuls les amours,
           Les beaux jours ! »

spanish translatorskorean escortstwitterno1options