visiter sculptotheque


Nox Humida Coelo

Léon DierxAspirations

Poète

Date de naissance:
31 mars 1838
Date du décès:
11 juin 1912

Poète Parnassien publié chez Lemerre, Léon Dierx est sacré Prince des Poètes en octobre 1898, à la mort de Mallarmé. Il est préféré à José-Maria de Hérédia. Il fait partie du groupe de poètes qui veilla le corps de Victor Hugo à l'Arc de Triomphe le 22 mai 1885. Un monument fut érigé à sa mémoire place des Batignolles.

Lire la fiche complète

Léon DIERX

 

 

Couronnés de thym et de marjolaine
Les elfes joyeux dansent dans la plaine

LE COMTE DE LISLE


          LE GRILLON.

Passant, passant, joyeux passant !
A l'horizon monte la lune ;
Dans l'air la chauve-souris brune
Là-bas voltige en frémissant ;
Où t'en vas-tu si tard en chantant dans la plaine,
Beau voyageur joyeux que poursuit le phalène ?

          Déjà descend la nuit,
               Et tout bruit,
          Au loin, du crépuscule sombre
               Meurt dans l'ombre ;
          Tu perdras ton chemin,
               Et demain
          Dans le bois tu seras encore
               A l'aurore.



          Viens t'asseoir près de moi
               Sans effroi,
          Et là, prêt l'oreille, écoute
               Sur la route,
          Couché sur le gazon.
               La chanson
          Que je chante au zéphyr qui passe
               Dans l'espace.



           Viens ! doucement bercé,
               Balancé
           Par le chant triste et monotone
               Que j'entonne,
           Jusqu'au jour dormiras,
               Rêveras,
           Dans un sommeil calme et tranquille
               Immobile.



           Passant, passant, joyeux passant !
           A l'horizon monte la lune;
           Dans l'air la chauve-souris brune
           Là-bas voltige en frémissant;
Beau voyageur joyeux que poursuit le phalène,
Où t'en vas-tu si tard en chantant dans la plaine ?


          LE VOYAGEUR.

          Grillon, grillon, petit grillon,
          De ta chanson je n'ai que faire ;
          Va ! tu peux chanter solitaire
          Toute la nuit dans le sillon.
C'est l'amour qui me guide, et vers ma bien-aimée
Je vais tout plein d'espoir dans la nuit embaumée.


          LES SYLPHES.

Toi qui passe là-bas dans la brume du soir,
Où t'en vas-tu si tard, rêvant sous le ciel noir ?


          Oh ! sur la pelouse assombrie
          Viens plutôt danser avec nous,
          Et laissant là ta rêverie,
          Viens reposer sur nos genoux !
          Veux-tu ? Quand la nuit est si belle.
          Quand luit la une au front des cieux.
          Il est doux, déployant son aile,
          De suivre le zéphyr joyeux !
          Là-bas, dans la forêt voisine,
          Rôdent des esprits malfaisants
          Dont l'humeur jalouse et chagrine
          S'attaque toujours aux passants.
          Croix-nous ! si tu poursuis ta route,
          Dans leurs pièges tu tomberas ;
          Sous leurs maléfices sans doute,
          Pleurant en vain, tu périras.


          Viens ! avec nous sur les prairies.
          Tu fouleras le vert gazon,
          Et couronné d'herbes fleuries,
          Chacun dira quelque chanson,
          Jusqu'à l'heure où la pâle aurore
          Avec le brouillard chassera
          Tout notre essaim, qui s'en ira
          Plus loin gaiment danser encore.
Où t'en vas-tu si tard, rêvant sous le ciel noir ?
Toi qui passes là-bas dans la brume du soir ?


          LE VOYAGEUR.


          Dansez, dansez, sylphes aimables,
          Du gazon foulé sous vos pas
          Couronnez vos fronts adorables;
          Vos chansons ne m'émeuvent pas!
Je préfère à ma lèvre un baiser de ma belle ;
Je préfère, à genoux, mes deux bras autour d'elle.


          LES WILLIS.

O jeune adolescent, qui ne crains pas, la nuit,
De réveiller le bois où s'éteignait tout bruit,
Aux rayons de la lune, aux pieds de ce vieux chêne,
Veux-tu baigner ton corps dans la noire fontaine ?
Veux-tu, tandis qu'au loin tout se tait et s'endort,
Folâtrer avec nous, étendus sur le bord,
          Baignant nos pieds dans l'onde?
Ou bien, nous élançant dans le cristal obscur,
Faire en chantant tout bas, dans un reflet d'azur,
          Tournoyer notre ronde?


Viens ! de baisers ardents nous couvrirons ton front ;
Enlacé dans nos bras, sur le gouffre sans fond,
          Comme une ombre légère
Tu glisseras, jetant l'onde en perles d'argent,
Laissant battre nos coeurs sur ton sein palpitant,
          Dans la nuit solitaire.
Viens, jeune adolescent, tu seras notre roi !
D'un feu toujours nouveau nous brûlerons pour toi ;
          Et lorsque blanchissante,
L'aube au loin dardera ses pâles rayons d'or,
Avec toi nous fuirons, en l'embrassant encor,
          Dans l'onde frémissante.


O jeune homme imprudent, qui ne crains pas, la nuit
De réveiller le bois où s'éteignait tout bruit,
Aux rayons de la lune, aux pieds de ce vieux chêne,
Veux-tu baigner ton corps dans la noire fontaine ?


          LE VOYAGEUR.

          Pâles willis, belles nymphes des bois,
          Vous avez beau de vos plus douces voix
          A vos plaisirs pleins d'ombre et de silence
          Me convier dans l'air qui se balance,
Vers l'étoile d'amour qui scintille là-bas,
Sans m'arrêtrr j'irai, je presserai mes pas.


          LE FEU FOLLET.


Tu n'iras pas plus loin au rendez-vous nocturne,
Rêvant tout plein d'espoir dans la nuit taciturne.


           Je ne suis pas l'étoile d'or
           Qui, pendant qu'au loin fout s'endort
                Sur la terre,
           Pensive au front dos cieux poursuit
           Son beau rêve, toute la nuit,
                Solitaire.


           Je ne suis pas, brillant d'espoir,
           Le flambeau d'amour qui le soir
                 Etincelle
           Et conduit le joyeux amant
           A travers l'ombre doucement
                 Vers sa belle.


           Je suis l'esprit follet des nuits,
           Qui toujours m'approche et m'enfuis,
                 Cours sans cesse,
           Et berce d'un espoir trompeur
           Le passant, qui bientôt a peur
                  Et se presse.


           Il se presse, et dans le torrent,
           Loin du gué, pestant et jurant,
                   Il s'enfonce...
           Et l'onde l'entraîne en grondant,
           Puis laisse au matin l'imprudent
                   Sous la ronce...

Dans la profonde nuit, rêvant tout plein d'espoir,
Tu n'iras plus jamais au rendez-vous le soir !

escortip