visiter sculptotheque


LI — À un solitaire

Auguste LacaussadePoèmes et Paysages

Poète

Date de naissance:
8 février 1815
Date du décès:
31 juillet 1897

Poète mulâtre et de ce fait interdit d'entrer au collège royal de l'Ile Bourbon ! "Je suis né, je mourrai parmi les révoltés" écrit-il. Le combat d'Auguste Lacaussade sera poétique. Secrétaire de Sainte-Beuve, il sera bibliothécaire au Sénat et directeur du journal républicain de Vannes La Concorde.

Lire la fiche complète

Auguste LACAUSSADE

 

 

Dona praesentis cape laetus horae, et
Linque severa.
Horace


 
Pourquoi dans ta douleur croissante
Nous fuir sans cesse et t’enfermer ?
Ton cœur d’où la joie est absente,
Poète, a-t-il cessé d’aimer ?

L’arbre de tes belles années
N’a point connu les durs hivers ;
Pourquoi donc ces feuilles fanées
Au lieu de rameaux frais et verts ?

Le printemps fuit avec vitesse ;
Les jours froids assez tôt viendront.
Des pâles fleurs de la tristesse,
Crois-moi, ne charge point ton front.

Poète, il faut aimer et vivre,
Et surtout il faut espérer.
Devant ce ciel qui les enivre,
Nos yeux sont-ils faits pour pleurer ?

Pour qui sait voir de haut les choses
La vie a de charmants côtés.
Dans leur saison cueillons les roses,
Cueillons les rapides étés !

Laissons à la morne vieillesse
Les pensers noirs, les soins rongeurs.
La joie est sœur de la jeunesse :
Pourquoi donc lui fermer nos cœurs ?

Plaignons la jeune créature
Qui pâlit dans l’austérité.
Toute forte et belle nature
Sourit à la belle gaîté.

Je hais le songeur solitaire
Qui vit de rêve et mécontent.
Le plus doux rêve sur la terre,
Pour moi, c’est un front éclatant.

Crois-moi, fuis les songes moroses !
Des lourdes nuits fuis le sommeil !
Vivent les rires et les roses !
Vivent le vin et le soleil !

Viens avec nous fêter la vie !
La vie a de charmants côtés.
Le temps passe, fou qui l’oublie !
Cueillons nos rapides étés !

reviewcheap malaysia escortspass-cracker.ru