visiter sculptotheque


II — à la nature

Auguste LacaussadePoèmes et Paysages

Poète

Date de naissance:
8 février 1815
Date du décès:
31 juillet 1897

Poète mulâtre et de ce fait interdit d'entrer au collège royal de l'Ile Bourbon ! "Je suis né, je mourrai parmi les révoltés" écrit-il. Le combat d'Auguste Lacaussade sera poétique. Secrétaire de Sainte-Beuve, il sera bibliothécaire au Sénat et directeur du journal républicain de Vannes La Concorde.

Lire la fiche complète

Auguste LACAUSSADE

 

 

Source trois fois féconde, opulente Nature,
Sans t’épuiser jamais, toi qui donnes toujours ;
Toi qui répands à flots sur chaque créature
La vie et ses bienfaits, la vie et ses beaux jours ;
Je t’envie, ô Nature ! ô mère impérissable,
Qui nous verses à tous un lait intarissable !
Poète, que ne puis-je abreuver de mes chants,
Comme toi de tes dons, les purs et les méchants !
Du seuil de mon Eden, poétique domaine,
Que ne puis-je, appelant toute la race humaine,
Dire à l’homme, à l’enfant, aux sages, aux rêveurs :
« Cueillez à pleines mains mes strophes et mes fleurs !
Dans mes vastes jardins aux suaves délices
Entrez ! c’est pour vous tous que s’ouvrent mes calices.
Femme, goûte à ces fruits que l’art a fait germer ;
Vierge, viens respirer la fleur qui fait aimer ;
Poète, viens rêver sous mes ombres fidèles ;
Vieillard, de mon printemps viens voir les hirondelles.
Venez tous ! entrez tous ! vous qui pleurez, hélas !
Vous dont la lèvre rit, vous dont le cœur est las ;
Toi qu’a rendu méchant une longue souffrance ;
Toi qui te meurs d’ennui, toi qui vis d’espérance ;
Venez ! de mon Eden les murs vous sont ouverts.
Tout est à vous : les fleurs, les fruits, les rameaux verts !
Prenez, cueillez au gré de votre fantaisie :
Rien ne peut me tarir, je suis la Poésie ! »